La Méthode Peeters du mardi 3 octobre

Publié le 03/10/2017 16:56 | La Méthode Peeters

La Méthode Peeters du mardi 3 octobre

Question vaste mais relativement importante, c'est l'estime de soi qui était abordée ce mardi dans la Méthode Peeters ce mardi. Séance de rattrapage sur upradio.be !

Vous avez loupé une partie de la séquence ? Retrouvez ici les conseils de Catherine Peeters en version "texte" et en podcast.

L’estime de soi à trait aux questions : qu’est-ce que je vaux ? Est ce que je suis à la hauteur ? Est-ce que j’ai les moyens de…
C’est très tôt que l’estime de soi prend naissance, vers 2,5 – 3 ans et c’est à cette période de la vie que l’enfant doit se sentir aimé, respecté, valorisé par ceux qui l’entourent, ses parents, frères, sœurs, ses amis à l’école, les profs.. Si pendant cette période cruciale vous ne vous êtes pas senti aimé et bien entouré, votre estime de soi risque alors d’être assez faible.

On dénombre trois niveaux d'estime de soi, la faible, la bonne et la haute
estime de soi.
La faible estime de soi est bien facile à comprendre. Enfance sans reconnaissance, sans écoute, ou votre avis ne comptait pas... Tout ce que vous faisiez pour épater la galerie était jugé normal. Vous êtes peut être issu d’une
famille qui ne se mettait de toute façon jamais en avant et vous avez peut être aujourd’hui reproduit ce schéma familial ou l’inverse. Vous avez peut être été surcouvé et vous n’avez jamais pu vraiment vous prendre en charge.
Une faible estime de soit peut entraîner une émotion comme le doute, la peur, ce qui conduit à un comportement d’échec ou d’évitement. Le problème alors c’est que les choses auront tendance à se répéter et vous deviendrez de plus en plus persuadé que vous êtes incapable sans même avoir la force de recommencer, en pratique, vous baisserez les bras.

En ce qui concerne la "bonne" estime de soi, vous avez été reconnu à votre valeur et vos parents vous ont soutenu dans votre progression, vous aviez de bons amis, des bons profs et vos résultats scolaires étaient en adéquation avec les efforts que vous produisiez. La bonne estime de soi conduit à une émotion comme l’envie, le plaisir, ou encore le désir avec pour résultante un comportement d’affrontement, d’action et de succès, lequel va de nouveau renforcer l’estime de soi. De toute façon, si un échec survenait, vous aurez envie de recommencer jusqu’à obtenir le résultat escompté et ce sera donc encore un renforcement positif.

Pour ce qui est de la "haute" estime de soi, on est dans une autre dynamique, la haute estime de soi est souvent la conséquence de parents qui sont déjà dans une situation où l’on se croit tout permis, on ne respecte pas forcément l’autre puisque par moment on cherche même à l’écraser, on n’aime pas les limites ni
les refus. Ou alors aussi, il peut s’agir d’une réaction par rapport à des parents que vous trouviez peu affirmés, qui n’exprimaient jamais leurs émotions.
Le comportement qui en résultera sera celui du rejet, de la manipulation et le déni de la réalité. Avec des émotions d’orgueil, de colère, de mépris.

Pour moi, vous êtes comme un coffre fort avec toutes vos richesses affectives, mentales, personnelles mais pour pouvoir y accéder, il faut bien sûr en connaître le code d’accès et c’est justement ce que je vous propose avec un exercice d’accompagnement qui représente la toute première étape « apprendre à s’aimer » et reconnaître sa valeur personnelle.

Retrouvez Catherine Peeters sur catherinepeeters.com, et chaque mardi à 9h45 et 16h45 sur les ondes d'UpRadio.

 

Voir aussi